Qui sont les femmes qui ont créé l'informatique ?

Tech Sep 15, 2020

Ada Tech School et Meufs, Meufs, Meufs se sont associé·es pour réaliser une exposition retraçant les grands portraits féminins qui ont marqué l'histoire de l'informatique.

Rendre hommage aux femmes de tous temps

Les femmes oubliées de l'histoire

Si tu demandes à un·e de tes proches de te citer une personne connue dans le monde de l'informatique ou de la tech, il y a de fortes chances pour qu'elle·il te réponde Elon Musk, Bill Gates, Alan Turing, Mark Zuckerberg... Où sont les femmes dans tout ça ?

Très peu de gens savent que l'informatique était un domaine initialement féminin et que la première programmeuse, Ada Lovelace, était une femme. L'exposition s'efforce donc de remettre en lumière et de rappeler à la pensée l'existence et l'importance des femmes en informatique. De la mission Apollo 11, au jeu vidéo Mystery House, en passant par l'origine du wifi et du logiciel, les femmes ont laissé leurs marques. Nous leur devons ainsi en partie les technologies modernes. Qu'attendons-nous pour leur rendre hommage ?

Ada Lovelace, première programmeuse.

Un appel aux femmes d'aujourd'hui

Cette exposition veut aussi encourager les femmes d'aujourd'hui à croire en leurs capacités et à entreprendre une carrière dans l'informatique. Les portraits de celles qui ont marqué l'histoire doivent leur prouver qu'une femme tout à fait ordinaire peut réaliser de grandes choses, et ce, même lorsque son environnement de travail est hostile à sa réussite.

Non l'informatique et la tech ne sont pas des domaines profondément masculins. Au contraire, ils s'enrichissent grâce à la diversité des profils qui y travaillent. "L'absence des femmes dans le monde digital n'est pas une fatalité" comme le dit si bien Isabelle Collet. C'est pourquoi notre école Ada Tech School se bat contre les stéréotypes qui hantent la tech : une femme a les mêmes capacités qu'un homme pour réussir dans ce milieu. L'exposition "Les Femmes dans l'informatique" ne fait que le rappeler.  


Réfléchir à un féminisme moderne

Qui est ton modèle ?

Lors de la table ronde de l'exposition, Hana Khelifa (Ada Tech School) et Sophie Comte (Chut ! Magazine) ont évoqué leur vision des role modèles. Selon elles, choisir un modèle trop haut et trop loin de notre réalité, n'aide pas les femmes. Bien au contraire, cela fait peser trop de pression sur leurs épaules. Aussi le rôle des médias est très important. Ceux-ci doivent s'efforcer de "varier les portraits et les profils" (Sophie Comte).

Car il faut se rendre à l'évidence : "des femmes bien moins connues pourraient être qualifiées de Wonder Women". L'exposition est donc l'occasion de trouver de nouveaux modèles, de s'inspirer de personnes uniques qui n'ont pas cherché à être sous le feu des projecteurs et qui pourtant méritent de l'être.

On choisit souvent de décrire le parcours d'une femme qui a accompli de grandes choses dans la tech, ça pourrait t'inspirer !

Megan Whitman, première femme à diriger eBay. 

Rétablir la vérité sur le féminisme

Choisir des role modèles féminins fait-il de nous des féministes ? Vouloir montrer qu'une femme est tout aussi capable qu'un homme de travailler dans les métiers du numérique fait-il de nous des féministes ? Défendre des droits égaux entre les hommes et les femmes fait-il de nous des féministes ? La réponse est oui ! Mais ce n'est pas si grave.

Pourquoi avons-nous tant de mal à nous dire féministe ? Sûrement parce que nous vivons dans une société qui a historiquement choisi d'invisibiliser les femmes. Elles n'ont pas accès aux mêmes métiers, aux mêmes revenus, aux mêmes droits que leurs pairs masculins.

Pendant longtemps la tendance était au silence. S'engager pour les femmes était donc un acte de rébellion qui ne pouvait être associer qu'à la haine voire la violence. D'emblée la société, y compris la plupart des femmes, ont pensé - et pensent encore - que le féminisme était un mouvement de filles "pas cool" et un peu aigries. Et pourtant !

Être féministe c'est tout simplement vouloir que chaque être humain, qu'importe son sexe, soit traité comme les autres. Un homme et une femme devraient avoir accès aux mêmes emplois, aux mêmes perspectives de carrières, aux mêmes salaires... C'est ce que demandent les féministes.

Il est encore difficile pour certaines femmes de s'affirmer en tant que féministes et de revendiquer leurs convictions. Hana nous avoue même avoir été traitée de "féminazie".

"Dans mon environnement, le mot féministe était un gros mot."  Hana Khelifa

L'exposition était donc une opportunité d'échanger avec des femmes, des hommes et des initiatives (association, médias...) dont les parcours et les expériences permettaient de redéfinir le féminisme.

Les valeurs véhiculées par Ada Tech School et ses partenaires font converger des vagues de positivisme et d'énergie pour faire changer les choses, et c'est ça qui nous plait dans l'univers féministe !!


Vers un avenir plus radieux ?

Un engagement grandissant pour la parité

La parité est très loin d'être atteinte en France. Si la part de femmes représentait 30 à 50% des étudiants en informatique (dans le monde) dans les années 1950, elle ne s'élève plus qu'à 10% désormais. Ce n'est pas tout : l'écart homme-femme se ressent ensuite dans les salaires.

Nous restons cependant optimistes ! Tout d'abord parce que nous travaillons avec des entreprises véritablement engagées pour la parité, ce qui nous donne espoir dans le monde du travail. Mais aussi parce que des médias se mobilisent et se créent autour de valeurs féministes. C'est en effet leur rôle que de communiquer avec transparence et objectivité sur le féminisme, ce qui n'est malheureusement pas toujours le cas. Bien souvent, ils relaient des informations biaisées contribuant ainsi grandement à l'image négative dont souffre le féminisme.

Le magazine Chut ! ou le média Meufer sont des preuves que la société évolue dans le bon sens et que de plus en plus de gens s'engagent pour la parité et l'égalité des droits.

Rétablir la place des femmes dans le numérique.


Meufs, Meufs, Meufs

L'exposition a été réalisée en collaboration avec Meufs, Meufs, Meufs. Cette organisation à pour objectif de mettre en valeur les femmes, leur parcours et leurs initiatives à travers le monde. Elle opère autour de 3 pôles : recenser, éduquer et partager. Tu peux suivre leur super compte Instagram !

Credit : Meufs, Meufs, Meufs

Nos partenaires

Feminists in the City

Feminists in the City a été créé par Julie et Cécile, deux amies depuis longtemps engagées pour promouvoir le féminisme. Elles proposent des visistes guidées féministes dans les villes de Paris, Lyon, Marseille, Toulouse et Bordeaux, mais aussi des webinars passionantes sur des thèmes féministes et internationaux. Découvre-les sur Instragram !

Credit : Feminists in the City

Chut ! Magazine

Chut est un magazine spécialisé dans la tech et à pensée féministe. Il étudie l'impact du numérique sur notre quotidien en plaçant le point de vue des femmes au coeur de leurs analyses. Chut ! défend l'idée d'une tech dont les valeurs serait la diversité, la tolérance et l'égalité. Jette un coup d'oeil à leur compte Instagram et à l'article sur Chloé Hermary, notre fondatrice !

Credit : Chut ! 

#SEOLesbienne

Fanchon Mayaudon-Courtel a décidé de créer #SEOLesbienne afin de mettre fin au biais algorithmiques de Google. En effet, le mot "lesbienne" est associé sur ce moteur de recherche à du contenu pornographique et donc mensonger pour quiconque serait en quête de réponses constructives sur sa sexualité. Fanchon lutte donc contre les techniques de référencement qui participent du mal-être des personnes lesbiennes. Si tu veux en savoir plus, voici le compte Instagram de SEO Lesbienne.

Credit : SEO Lesbienne

Un grand merci à nos partenaires pour leur soutien !

Pour en savoir plus sur notre engagement, lis notre manifesto.


À propos d'Ada Tech School

Ada Tech School est une école d’informatique d’un nouveau genre. Elle s’appuie sur une pédagogie alternative, approchant le code comme une langue vivante, ainsi que sur un environnement féministe et bienveillant. Elle doit son nom à Ada Lovelace qui fut la première programmeuse de l’histoire.

L’école est située à Paris et accueille chaque promotion pour deux ans. Après neuf mois de formation les étudiants sont opérationnels et prêts à réaliser leur apprentissage - rémunéré - pendant douze mois dans une des entreprises partenaires de l’école comme Trainline, Deezer, Blablacar ou encore Botify. Aucun pré-requis technique n’est exigé pour candidater. Il suffit d’avoir plus de 18 ans. La sélection se fait en deux temps : formulaire de candidature puis entretien avec une réponse sous 2 semaines.

Juliette Leroux

Chargée de Communication

Great! You've successfully subscribed.
Great! Next, complete checkout for full access.
Welcome back! You've successfully signed in.
Success! Your account is fully activated, you now have access to all content.