Reconversion : de l'hôtellerie à l'informatique

Tech nov. 20, 2020

Les parcours de reconversion vers le développement informatique se déclinent à l'infini, puisqu'il n'y a pas de parcours type ni de pré-requis pour devenir développeur. Chez Ada Tech School, les candidatures reçues pour suivre notre formation informatique sont très variées, même inclassables ! Les développeur·se·s en reconversion inscrites dans notre école d'informatique viennent de secteurs très variés : école d'art, études de langue, école de commerce, reliure, école de mode, ressources humaines, études en sciences politiques, fac de psychologie...

Bastien lui, s'est reconverti en tant que développeur il y'a 5 ans. Il vient d'un secteur particulièrement touché en ce moment par la crise économique liée au Covid : l'hôtellerie et la restauration. Bastien est devenu développeur après 8 ans à différents postes dans des bars et des hôtels. Il nous raconte son parcours.

Bastien Botella nous raconte ce qui l'a poussé à se reconvertir en tant que développeur

Qui es-tu Bastien ?

J'ai 34 ans et je suis aujourd'hui Directeur des Opérations et Co-fondateur d'une entreprise informatique qui s'appelle Clevy. Je l'ai co-fondée il y'a 4 ans.


Quel est ton parcours ?

Ce n'a pas été tout tracé ! J'ai eu un parcours un peu atypique, déjà j'ai brillamment loupé mon bac. Je ne me reconnaissais pas du tout dans le système pédagogique français du coup j'ai préféré le quitter et je suis parti en Angleterre travailler. Je suis devenu barman là-bas. J'ai pu monté les échelons et je suis devenu superviseur de bar, puis manager de restaurant.


Lorsque je suis revenu en France, j'avais envie d'autre chose, je me disais que je pouvais devenir bien plus que manager de bar, j'avais un peu fait le tour. Mais je ne voyais pas vraiment d'opportunités d'évoluer. Alors j'ai pris les choses en main et j'ai pris la direction d'un petit hôtel dans le Sud à La Ciotat. J'y suis resté 5 ans.

Bastien ne nous a pas dit de quel hôtel il s'agissait, du coup on l'imagine ici !

Pendant ses 5 ans je me suis rendu compte que j'adorais l'informatique, j'adorais programmer, même si j'étais selon moi très mauvais à l'époque ! J'avais aussi l'intuition que j'avais des choses à apporter aux autres, au delà de la gestion d'un hôtel. J'ai donc cherché à me reconvertir. Je voulais vraiment trouver une formation, car avec ce que je bidouillais, je n'étais pas au niveau pour devenir pleinement développeur et en faire mon métier.

Mais là ça a été un peu la douche froide : les écoles d'informatique n'étaient pas accessibles sans le bac. Je n'avais aucun diplôme et j'avais vraiment l'impression d'être face à un mur. J'avais rejeté le système, et lui aussi me rejetait. Je me suis dit qu'il n'y avait pas d'issue, j'étais prêt à m'auto-former. Et je suis tombé sur l'école 42 qui ne demandait aucun pré-requis technique, c'est donc là que j'ai suivi ma formation de développeur.


Comment as-tu choisi de te reconvertir dans la programmation ?

Les ordinateurs et moi, c'est une longue histoire ! Ça a commencé tout gamin, mes parents avaient acheté un ordinateur avec Windows 3.1, je devais être en CM2... Il y'a 24 ans ! À cette époque j'adorais chercher, je voulais savoir à tout prix ce qu'il y'avait dans cet ordinateur. Ce n'était pas tellement les jeux qui m'intéressaient mais je voulais comprendre comment ça fonctionnait. Ça m'est resté. Je pense que c'est comme ça que j'ai commencé à programmer : à 15 ans j'ai appris le HTML, et un peu de PHP aussi. Je m'amusais, je testais, je faisais des sites de gamins...

Ça s'est complètement arrêté quand je suis parti en Angleterre je n'avais plus du tout le temps. J'enterrais mon rêve d'être informaticien. J'ai compris assez vite au collège, que le seul moyen d'être informaticien à l'époque, c'était de faire une école d'ingénieur, de faire un bac S, et d'avoir une mention. Heureusement ce n'est plus comme ça aujourd'hui...

Une fois revenu en France, j'ai fait pas mal de sites, j'ai même pu gagner un peu d'argent grâce à ça. J'ai aussi fait le site de l'hôtel que je gérais. Donc c'est quelque chose qui m'a toujours suivi, mais à des degrés différents !

Que penses-tu de la place des femmes dans l'informatique ?

Il y'a un vrai problème de diversité. Les femmes sont bien sûr aussi compétentes que les hommes. Le problème vient du fait que l'informatique a longtemps véhiculé des stéréotypes comme quoi c'étaient des métiers d'homme

Selon moi, ce dont on a besoin aujourd'hui c'est de communiquer auprès des plus jeunes pour casser ces préjugés. Les gens doivent être libres d'aimer ce qu'ils veulent. On pourrait éclairer les jeunes plus tôt sur ce qu'est le métier de développeur, car on comprend pas toujours facilement ce que c'est, on se représente moins.

Si on informe mieux, selon moi, ça deviendra plus égalitaire. J'aimerai que les gens qui sont faits pour ce métier de développeur·se puissent y avoir accès sans le poids du regard des autres, sans les a-priori des gens. Ainsi on aura mécaniquement plus de femmes dans la tech !

Pour résumer : l'important c'est que les gens puissent faire ce qu'ils aiment sans pression sociale !

Que dirais-tu à des étudiant.e.s qui aimeraient faire ton métier ?

Il faut savoir ce que vous aimez, et comprendre ce qui vous intéresse. Décortiquez ce que vous aimez faire, comme ça vous pourrez vous entraîner à l'infini ! Faites des projets personnels, appréhendez le comme un plaisir et non pas comme un devoir, et vous allez voir ça va devenir comme pour moi une vraie passion.

La clé dans tous mes boulots, ce que je me suis toujours intéressé au produit, à l'univers dans lequel je travaillais. Ça permet vraiment de passer à la vitesse supérieure de donner du sens à son travail. J'ai l'impression que les développeur·se·s et développeurs qui viennent chez Ada Tech School viennent par passion, c'est bon signe !

Je valide aussi cela quand je recrute : je veux des gens qui aiment ce qu'ils font.

Et justement aujourd'hui, qu'est-ce que tu aimes dans ton métier ?

Il y'a toujours une personne très polyvalente dans les start-ups et ici c'est moi ! J'ai eu plein de rôles différents depuis la création de Clevy, et c'est ce que j'aime.

J'ai commencé par élaborer les premiers algorithmes de compréhension du langage pour que l'ordinateur puisse comprendre l'utilisateur. J'ai aussi fait la première version du site en front-end. Ensuite, j'ai du recruter l'équipe qui nous accompagne aujourd'hui : plus de 40 personnes !

Et aujourd'hui, je reprends la verticale de formation en entreprise et dans les écoles dans plusieurs pays. Pour rappel Clevy est à l'origine du langage de programmation CSML : le premier langage de conversation dédié au chatbot. Plusieurs milliers de développeurs l'utilisent dans le monde. Pour faire connaître ce langage très simple d'utilisation, on met en place des formations avec les entreprisses et les écoles, comme les ateliers de code Ada Tech School gratuits, et niveau débutant.

Un workshop Clevy x Ada pour créer un chatbot générateur de stickers personnalisés avec Clevy

Il existe des développeurs experts. Moi je suis plutôt transverse : j'adore faire des choses différentes, me mettre sur des nouveaux challenges, et essayer d'arriver à l'excellence dans les nouvelles choses que je découvre. Ce sont pour moi d'incroyables opportunités : découvrir des choses que je ne connais pas et en faire quelque chose de splendide !

À propos d'Ada Tech School

Ada Tech School est une école d’informatique d’un nouveau genre. Elle s’appuie sur une pédagogie alternative, approchant le code comme une langue vivante, ainsi que sur un environnement féministe et bienveillant. Elle doit son nom à Ada Lovelace qui fut la première programmeuse de l’histoire.

L’école est située à Paris et accueille chaque promotion pour deux ans. Après neuf mois de formation les étudiants sont opérationnels et prêts à réaliser leur apprentissage - rémunéré - pendant douze mois dans une des entreprises partenaires de l’école comme Trainline, Deezer, Blablacar ou encore Botify. Aucun pré-requis technique n’est exigé pour candidater. Il suffit d’avoir plus de 18 ans. La sélection se fait en deux temps : formulaire de candidature puis entretien avec une réponse sous 2 semaines.

Claire Behaghel

Head of Growth @Ada Tech School

Super ! Vous vous êtes inscrit avec succès.
Super ! Effectuez le paiement pour obtenir l'accès complet.
Bon retour parmi nous ! Vous vous êtes connecté avec succès.
Parfait ! Votre compte est entièrement activé, vous avez désormais accès à tout le contenu.