Tech & Minorités : Summer School #1🌻

Féminisme Jul 10, 2020

La première semaine de notre université d'été avait pour thème Tech & Minorités. Fanchon Mayaudon-Courtel, fondatrice du collectif #SEOLesbienne était notre première invitée. Retour sur sa conférence passionnante "Comment Google influence ta sexualité ?"

Retrouvez la conférence de Fanchon sur notre chaîne Youtube.

SEO, kesako ? 🤔

SEO est l’acronyme de Search Engine Optimization, aussi appelé référencement naturel. L’objectif du SEO est de faire remonter une page web ou un application sur la page de résultats des moteurs de recherche. Le SEO est donc utilisé notamment par les entreprises afin d’améliorer leur visibilité sur internet.

SEO Lesbienne 😍

Le collectif #SEOLesbienne est né afin de modifier les paramètres SEO de Google associés au mot clé « lesbienne ». En effet, pendant très longtemps, une recherche contenant « lesbienne » ne faisait apparaître que des contenus pornographiques. Pire, ces résultats n’étaient pas cantonnés aux premiers liens mais recouvraient 4 pages de recherche Google !

1. Venir à bout du tabou

« Lesbienne » n’a fait son apparition dans le langage courant que très récemment. Fanchon confie d’ailleurs qu’elle n’osait pas employer ce mot en public avant de réaliser « qu’il faut arrêter avec cette peur ». Malheureusement, ce tabou est encore trop ancré dans notre société. Pour l’expliquer, Fanchon évoque les « biais ». En sciences sociales, un biais est une conception du monde propre à chaque individu et qui varie selon son éducation, son milieu social et ses expériences. Alors que la société s’est montrée plus ouverte vis-à-vis des gays, les lesbiennes étaient – et sont parfois encore – mal considérées, voire critiquées.

"On a reçu des menaces de mort" raconte Fanchon.

2. Gay vs. Lesbienne

Le mot « gay » a été accepté plus facilement que celui de « lesbienne ». Fanchon nous donne un exemple marquant : certains grands groupes utilisent des pare-feux pour éviter les recherches risquées. Alors que le mot « gay » n’y est plus référencé, « lesbienne » y figure toujours. Impossible de l’entrer dans le moteur de recherche!

Google a une grande part de responsabilité dans cette situation. Etant le moteur de recherche le plus utilisé dans le monde, l’on pourrait s’attendre à ce qu’il soit neutre, non biaisé. Ce n’est pas le cas.

Pour le comprendre, il faut se pencher sur le fonctionnement de l’Intelligence Artificielle. Celle-ci doit être confrontée à un grand nombre de données, de mots et d’images avant de pouvoir reconnaître les différents profils. Selon Fanchon, l’Intelligence Artificielle se base en fait « sur les erreurs cognitives des humains ». De ce fait, l’écriture inclusive ou les profils de femmes lesbiennes ne sont pas intégrés et reconnus par Google. On est donc loin de l’entreprise inclusive défendue par le géant du web.

3. Informer positivement

Quelles sont les motivations de #SEOLesbienne ? Elles se résument en un mot : informer.

Plaçons-nous dans la peau d’une adolescente se questionnant sur sa sexualité. Doit-elle être confrontée à des sites pornographiques lorsqu’elle cherche des réponses à ses questions ? Si les types de contenus et discours à propos des lesbiennes se diversifient (séries Netflix, livres…) il est encore trop rare. C’est également la mission de #SEOLesbienne que de promouvoir les différentes sources d’informations positives.

SOUTENEZ #SEOLESBIENNE ❤️

Facebook : @SEOLesbienne

Instagram : @seo_lesbienne

Twitter : @SEO_lesbienne

Citations 💬

  • « Ne pas baisser les armes, c’est ça le vrai conseil » #badass
  • « Pour devenir experte, il faut d’abord ne pas savoir » #humble
  • « Le jour où j’ai écrit ma première ligne de code, j’ai senti que je prenais le pouvoir » #girlscancode
  • « On peut être le propre diffuseur de sa propre pensée » #womenpower

Lectures 📚

Pour aller plus loin ✨

Article écrit par Juliette Leroux, Chargée de Communication chez Ada Tech School


À propos d'Ada Tech School

Ada Tech School est une école d’informatique d’un nouveau genre. Elle s’appuie sur une pédagogie alternative, approchant le code comme une langue vivante, ainsi que sur un environnement féministe et bienveillant. Elle doit son nom à Ada Lovelace qui fut la première programmeuse de l’histoire.

L’école est située à Paris et accueille chaque promotion pour deux ans. Après neuf mois de formation les étudiants sont opérationnels et prêts à réaliser leur apprentissage - rémunéré - pendant douze mois dans une des entreprises partenaires de l’école comme Trainline, Deezer, Blablacar ou encore Botify. Aucun pré-requis technique n’est exigé pour candidater. Il suffit d’avoir plus de 18 ans. La sélection se fait en deux temps : formulaire de candidature puis entretien avec une réponse sous 2 semaines.

Si vous êtes intéressé·e pour candidater, c'est ici !

Juliette Leroux

Chargée de Communication

Great! You've successfully subscribed.
Great! Next, complete checkout for full access.
Welcome back! You've successfully signed in.
Success! Your account is fully activated, you now have access to all content.